Souligner un stade du parcours de la réconciliation du bien-être de l’enfance

Une reconnaissance, des excuses et une conversation axée sur l’avenir

Du 1er au 3 octobre 2017, l’Association ontarienne des sociétés de l’aide à l’enfance (AOSAE) tiendra un rassemblement au parc Geneva et à la Rama First Nation afin de reconnaître le rôle que le secteur du bien-être de l’enfance a joué dans le passé, et joue toujours, dans la vie des enfants, des familles et des communautés autochtones de l’Ontario, ainsi que de présenter des excuses.

Le rassemblement est une occasion de faciliter le dialogue futur entre les agences du bien-être de l’enfance non autochtones, les agences autochtones et les représentants des communautés autochtones de l’Ontario. Il offrira aux participants autochtones la possibilité de s’exprimer sur les impacts que le système du bien-être de l’enfance a eus sur leurs communautés, ainsi que de partager des idées sur les meilleures façons de faire progresser la réconciliation.

« Les excuses sont vraiment un élément crucial du parcours de réconciliation du bien-être de l’enfance », a déclaré Karen Hill, directrice des Services autochtones, à l’AOSAE. « Comme je l’ai déjà dit, on ne peut pas aller de l’avant sans excuses pour les erreurs passées. Les excuses sont une partie intégrale du processus de guérison. »

Au cours des cinq dernières années, l’AOSAE et ses agences membres ont déterminé que l’élimination de la surreprésentation des enfants autochtones dans le système du bien-être de l’enfance était une priorité absolue.

Durant cette période, le secteur a travaillé sans relâche pour renforcer l’appui et la collaboration à l’égard des communautés autochtones afin d’améliorer la santé, le mieux-être et les chances de vie des enfants autochtones. Ce travail évolue et inclut des initiatives comme l’élaboration de ressources pour mieux appuyer les intervenants en protection de l’enfance dans leurs interactions quotidiennes avec les familles autochtones; la publication d’un cadre de travail afin de guider le travail de réconciliation de toutes les sociétés d’aide à l’enfance de l’Ontario; la tenue d’événements pour obtenir des commentaires des principaux partenaires autochtones concernant les efforts continus du secteur du bien-être de l’enfance pour restaurer les relations avec les communautés des Premières nations, Métis et Inuits. L’avancement et l’appui de la restitution de l’autorité en matière de services aux agences du bien-être de l’enfance autochtones ont aussi été une priorité. Bien que d’importants progrès aient été réalisés, le secteur du bien-être de l’enfance de l’Ontario reconnaît que le travail se poursuit et que d’autres transformations seront nécessaires.

« Le parcours de la réconciliation n’arrive pas à terme », déclare Mary Ballantyne, chef de la direction de l’AOSAE. « En fait, il s’agit d’un parcours continu que les peuples non autochtones et les peuples autochtones doivent suivre ensemble afin d’établir des relations saines, collaboratives et favorables pour le mieux-être des enfants et des jeunes. Le rassemblement d’octobre est une étape importante de notre parcours de réconciliation. »

Consultez notre pour avoir un survol plus complet des efforts de réconciliation passés et continus du secteur du bien-être de l’enfance.

 

Share This