Une perspective autochtone sur la campagne du Mois de la prévention du mauvais traitement des enfants de la part de Kenn Richard, directeur général, Native Child and Family Services

Quels points de vue une perspective autochtone peut-elle amener à notre campagne du Mois de la prévention du mauvais traitement des enfants annuelle?

L’expression « mauvais traitements à l’égard des enfants » suppose qu’il y a une méchante mère derrière ces derniers. J’aimerais que ce soit aussi simple. En réalité, plusieurs facteurs sont derrière la maltraitance des enfants, qui sont encore plus tabous que les mauvais traitements sexuels, comme la pauvreté et les mauvais traitements systémiques qui ont créé des parents traumatisés au cours des générations. La maltraitance des enfants est le résultat d’énormes traumatismes.

Donc, selon vous, des enjeux plus larges que de « mauvais parents » sont en cause lorsqu’il s’agit de mauvais traitements à l’égard des enfants?

Qui est l’auteur de mauvais traitements à l’égard des enfants dans le monde autochtone? Les parents qui ont été élevés dans un monde de violence, qui ont hérité de générations de traumatismes découlant du système de pensionnats, ou de la Rafle des années 1960, qui est encore plus près de nous, et qui se sont fait ballotter dans le système de placement d’accueil? La question est réellement « Qui a subi des mauvais traitements, l’enfant ou le parent? » Les parents ne sont pas méchants, ils sont désemparés.

Comment les mauvais traitements et la négligence à l’égard des enfants influent-ils sur les communautés autochtones aujourd’hui?

Il y a de gros problèmes d’agressions dans les réserves. Et un prédateur sexuel dans une communauté peut la transformer à jamais. Grâce à l’enquête sur les femmes autochtones portées disparues ou assassinées, nous en apprendrons davantage sur les mauvais traitements sexuels, qui, comme nous le savons, ne sont pas suffisamment signalés. Mais vous n’avez pas à être émotionnellement ou physiquement maltraité pour être maltraité. Les enfants privés de protéines et d’un environnement stimulant, ce qui est la réalité de tant d’enfants autochtones, sont aussi maltraités.

À quoi devrait ressembler une campagne du Mois de la prévention du mauvais traitement des enfants pour les communautés autochtones?

L’origine des mauvais traitements que je décris n’est pas la psychologie ou la pathologie des parents, mais plutôt les conditions dans lesquelles ils vivent. La maltraitance des enfants n’est pas notre façon de faire. Nos traditions ont beaucoup à nous enseigner sur le bon rôle parental, avec leur accent sur l’amour, la bienveillance et la protection. Il y a tant de lacunes dans notre système actuellement, que d’ici à ce qu’elles soient comblées, il est très difficile de parler de protection de l’enfance ou d’une campagne de prévention du mauvais traitement des enfants.

 

Share This