Le Cross-Over Youth Project : Tenir les jeunes pris en charge loin du système de justice pénale

girl holding hand upLe 28 octobre dernier, l’Université Ryerson a annoncé le lancement du projet intitulé Cross-Over Youth Project, un partenariat financé par les gouvernements fédéral et provincial visant à empêcher les jeunes pris en charge de « basculer » dans le système de justice pour la jeunesse. Le Cross-Over Youth Project est un partenariat entre l’Université Ryerson et la Cour de justice de l’Ontario; il a obtenu du financement des gouvernements provincial et fédéral. L’Association ontarienne des sociétés de l’aide à l’enfance (AOSAE), la Children’s Aid Society of Toronto et la Société catholique de l’aide à l’enfance ville de Toronto sont des membres consultatifs du comité Cross-Over Youth, qui a élaboré le rapport ainsi que la proposition de financement et supervise le projet de 4 ans.

« Ce projet a cours parce que de nombreux jeunes pris en charge ont un parcours qui les mène au système de justice pénale », déclare Sharon Evans, l’analyste des politiques principale à l’AOSAE qui est membre du comité Cross-Over Youth. « Le projet tente de comprendre pourquoi ces jeunes, qui sont déjà vulnérables, se retrouvent dans le système de justice pénale. En tant que domaine du bien-être de l’enfance, il nous est important de réduire le nombre de jeunes pris en charge qui sont accusés et de les aider à avoir de meilleurs résultats », ajoute-t-elle.

Le projet vise à améliorer les résultats des jeunes pris en charge en coordonnant des interventions viables à l’échelle du système avec des partenaires du bien-être de l’enfance, du système de justice pour la jeunesse et de la communauté. Le projet coordonnera les activités, notamment l’éducation, dans tous les secteurs de services, en visant particulièrement à améliorer les services offerts aux jeunes qui basculent et la vie de ces derniers.

Le projet est lancé à quatre endroits pilotes en Ontario : d’abord à Toronto, et puis à Thunder Bay, Belleville et Chatham. Les services offerts aux jeunes incluront du mentorat, de la gestion de cas et de la résolution de problèmes coordonnée dans les secteurs visés. L’objectif est d’élaborer et de mettre en œuvre les projets locaux en fonction des besoins et de la culture uniques de chaque site et communauté, incluant les communautés des Premières nations et la communauté afro-canadienne. Un groupe consultatif de jeunes offrira de la consultation et des commentaires continus relativement au projet.

L’AOSAE continuera de participer au comité Cross-Over Youth durant la prochaine phase du projet. « Nous voulons connaître les leçons tirées de ce projet, de sorte que nous puissions les partager avec les sociétés d’aide à l’enfance », déclare Sharon Evans.

Pour obtenir plus d’information, visitez le site crossoveryouth.ca.

Share This