Le Cadre de recherche du bien-être de l’enfance de l’Ontario

Conçu par le Comité consultatif d’évaluation des recherches de l’AOSAE (OACAS Research Evaluation Advisory Committee), le Cadre de recherche du bien-être de l’enfance de l’Ontario répond au souhait du secteur du bien-être de l’enfance d’avoir une plus grande influence sur les questions de recherche qui sont explorées le long du continuum de services, de mieux coordonner la gestion des demandes de la part des chercheurs externes, de mettre à profit l’utilisation des bases de données provinciales, ainsi que de favoriser la mobilisation du savoir de la recherche dans l’ensemble du secteur.

Faire avancer les pratiques, Améliorer les procédés, Mettre à profit les ressources

Introduction

En novembre 2011, l’AOSAE a tenu une consultation de recherche avec ses membres afin de déterminer les aspects stratégiques ainsi qu’un vaste ensemble de directives et de procédés de recherche dans le secteur du bien-être de l’enfance de l’Ontario. On a mis sur pied un comité composé de représentants de l’AOSAE, d’agences membres et d’universitaires afin d’élaborer un cadre de recherche. Le comité s’est réuni plusieurs fois pendant deux ans.

On vise à ce que ce cadre soit un document appuyé par le Web; il est conçu de sorte que les lecteurs puissent y naviguer facilement. Il fournit de l’information importante et globale concernant la recherche en bien-être de l’enfance en Ontario. Le Comité consultatif d’évaluation des recherches de l’AOSAE a recommandé que ce document soit régulièrement mis à jour afin qu’il reflète les nouvelles recherches effectuées dans la province et qu’il reste pertinent pour le secteur.

La première section du document fournit un bref survol du contexte légal et théorique de la recherche du bien-être de l’enfance. La deuxième section décrit les principes et les orientations clés de la recherche, alors que la troisième section présente un sommaire des ressources et du matériel disponibles pour le secteur du bien-être de l’enfance de l’Ontario, dont on devrait tenir compte avant d’entreprendre une initiative de recherche.

Voici les annexes accompagnant ce cadre de recherche :

  • Tableau sommaire des questions de recherche : Annexe A
  • Sommaire des ensembles de données de l’Ontario et du Canada : Annexe B
  • Directives éthiques d’assurance de la qualité en matière de bien-être de l’enfance : Annexe C
  • Sommaire des méthodes de recherche : Annexe D

Contexte

Loi sur les services à l’enfance et à la famille

En 2008, plus de 5 % (54,05 sur 1 000 enfants) des enfants âgés de 15 ans et moins ont été portés à l’attention du système du bien-être de l’enfance de l’Ontario pour des préoccupations relatives à des mauvais traitements (OIS -2008). Les signalements ayant trait à des préoccupations relatives à la protection ou au mieux-être des enfants sont faits à une Société d’aide à l’enfance (SAE), qui est mandatée en vertu de la Loi sur les services à l’enfance et à la famille (LSEF). Les 47 SAE ainsi que les services à l’enfance et à la famille de l’Ontario sont les seules agences du bien-être de l’enfance mandatées par le gouvernement de l’Ontario pour protéger les enfants contre les sévices. Les SAE collaborent avec des partenaires de services et la communauté pour assurer la sécurité, le mieux-être et la stabilité des enfants et des jeunes.

En vertu de la LSEF, les motifs pour entreprendre une enquête de protection de l’enfance en Ontario incluent les situations où des sévices physiques, sexuels ou affectifs, ou des risques de tels sévices, envers un enfant de moins de 16 ans ont eu cours en raison des actions ou de l’inaction d’une personne responsable. Les situations dans lesquelles il existe un risque de sévices physiques, sexuels ou affectifs envers l’enfant sont également des motifs d’enquête afin de déterminer les risques de sévices futurs.

En plus de définir les circonstances dans lesquelles un enfant a besoin de protection, la LSEF décrit les directives concernant la recherche, notamment :

(10)  La personne qui se livre à des travaux de recherche peut, avec l’approbation écrite du directeur, examiner les renseignements conservés au registre et les utiliser. Elle ne doit pas :

(a) s’en servir ou les communiquer à d’autres fins que des fins de recherche, d’enseignement ou de compilation de données statistiques;

(b) communiquer des renseignements qui peuvent avoir pour effet d’identifier une personne dont le nom figure au registre. L.R.O. 1990, chap. C.11, par. 75 (10).

Approche écologique

Le cadre théorique utilisé dans une étude de recherche dépend des questions qui sont posées. Cependant, l’utilisation d’un cadre théorique écologique est généralement un bon point de départ pour une recherche au sein de la communauté du bien-être de l’enfance. La théorie écologique met l’accent sur les personnes ainsi que leur contexte social ou environnemental et suppose que les mauvais traitements et la négligence découlent de multiples facteurs dans le contexte de chaque personne. Ces facteurs sont divisés en cinq systèmes intégrés : personne, famille, communauté, culture et passage du temps (Bronfenbrenner, 1986). Les influences suivantes sont incluses dans ces systèmes : les pairs, l’école, le milieu de travail, les facteurs économiques, les antécédents d’éducation d’enfants, les caractéristiques de l’enfant, les caractéristiques des parents, la relation maritale, le soutien social et le milieu socioculturel. Le recours à la perspective de la personne dans l’environnement cadre avec les valeurs de la profession de travailleur social, qui met l’accent sur les facteurs contextuels. Que les mauvais traitements à l’égard de l’enfant surviennent dans le système familial ou non dépend de l’équilibre entre les facteurs de risque et les facteurs de protection se trouvant dans chaque sous-système.

La principale contrainte de la théorie écologique est qu’il est difficile de définir les influences relatives des facteurs biologiques, des comportements appris, des interactions sociales, de l’environnement communautaire et des diverses conditions contextuelles (Belsky, 1980, 1993; Garbarino, 1982). Aussi, il peut être impossible de délimiter les causes spécifiques d’un événement, ce qui pourrait entraîner des interprétations conflictuelles d’un événement. Compte tenu d’une telle complexité, l’ordre de causalité, dans un sens linéaire traditionnel, pourrait ne pas être obtenu en recourant à la théorie écologique. Cependant, étant donné que les facteurs possibles qui contribuent aux mauvais traitements à l’égard des enfants sont nombreux et diversifiés, la capacité de mesurer ces facteurs est restreinte. Une perspective théorique qui n’est pas fondée sur la causalité directe, mais qui estime et évalue l’interaction de multiples facteurs constitue un cadre approprié pour comprendre la prévention et le traitement des mauvais traitements à l’égard des enfants et intervenir à cet égard. La Figure 1 (adaptée de Fallon, 2005) illustre la théorie écologique et démontre comment le produit final de la recherche devrait toujours viser à améliorer les résultats du client.

Figure 1 : Cadre théorique

cadre theorique

Recherche du bien-être de l’enfance

La recherche dans le secteur du bien-être de l’enfance de l’Ontario doit refléter des principes fondamentaux : (1) reconnaître la diversité des familles et des enfants servis par le secteur du bien-être de l’enfance comme étant une priorité; (2) se concentrer sur des aspects importants déterminés comme étant des priorités du secteur, à partir de la consultation initiale et d’autres boucles de commentaires (Q Net et indicateurs de rendement); (3) s’assurer que les constatations des recherches menées sont largement diffusées au sein du secteur afin d’éclairer et d’améliorer la pratique; (4) inclure la communauté, l’agence et les familles dans les aspects importants du processus de recherche.

Diversité

La pratique du bien-être de l’enfance en Ontario reflète la nature diversifiée des familles et des enfants servis par le secteur. En conséquence, les enjeux entourant la diversité ethno-raciale, les enfants et familles autochtones, les services aux francophones et la situation géographique (p. ex. urbain vs rural) comptent parmi les aspects prioritaires de recherche.

Aspects prioritaires de la recherche

La consultation avec le secteur a révélé plusieurs aspects prioritaires de recherche le long du continuum de services (reportez-vous au tableau sommaire de l’Annexe A comprenant toutes les questions). L’importance de comprendre la diversité du secteur du bien-être de l’enfance de l’Ontario était évidente dans de nombreuses questions posées. Voici les principales questions :

  • Dépistage et accueil : Y a-t-il des différences de niveaux de ressources disponibles entre les régions urbaines et rurales? Dans quelle mesure les agences travaillent-elles bien avec les partenaires dans la communauté? Quelles sont les pratiques associées aux interventions adaptées, par rapport aux interventions traditionnelles?
  • Services continus : L’évaluation des risques est-elle valide en ce qui a trait aux enfants et aux familles de l’Ontario? Les outils d’évaluation reflètent-ils la nouvelle vision du bien-être de l’enfance? Comment les agences de bien-être de l’enfance peuvent-elles évaluer les déterminants sociaux de la santé et du mieux-être des enfants?
  • Placement d’accueil et de groupe : Quelles stratégies pouvons-nous adopter pour mieux comprendre les besoins des enfants et des jeunes avant qu’ils soient pris en charge? Quels facteurs influencent les résultats de la prise en charge?
  • Soins et soutien continus pour les jeunes: Comment pouvons-nous maintenir notre engagement envers les jeunes après qu’ils ont atteint l’âge de 21 ans? Quels services sont efficaces pour appuyer les adolescents en transition vers l’âge adulte?

Mobilisation et diffusion des connaissances : partenariats et propriété

La collaboration et les partenariats doivent être des principes directeurs pour toutes les initiatives de recherche, et l’intention doit être de faciliter la cocréation de connaissances au sein de la communauté et des professionnels universitaires. Les résultats doivent être diffusés chez les agences partenaires et dans l’ensemble du secteur afin de contribuer à éclairer et améliorer la pratique et les politiques, ainsi que d’éviter les recoupements dans la recherche. Il relève des chercheurs de rendre les résultats de la recherche aux agences et au système de bien-être de l’enfance provincial par différentes voies : sommaires d’une page, présentations, webinaires, vidéos résumant les résultats, articles dans le journal de l’AOSAE, notes de pratique, etc. L’objectif du partage des résultats de recherche est de promouvoir l’utilisation de l’information et d’avoir une incidence sur la pratique du bien-être de l’enfance.

Ressources

Dans la mesure du possible, on encourage les chercheurs à utiliser les ensembles de données provinciaux, qui peuvent répondre à des questions concernant certains aspects prioritaires de recherche (reportez-vous au sommaire des ensembles de données de l’Ontario et du Canada à l’Annexe B). Par ailleurs, on pourrait fusionner ces ensembles de données de sorte que les questions de recherche puissent être étendues le long du continuum de services (p. ex. établir un lien entre les données relatives à l’accueil et celles qui portent sur les résultats pour les enfants).

Le portail canadien de la recherche en protection de l’enfance offre l’accès à de la recherche sur les politiques et programmes canadiens en matière de bien-être de l’enfance. Les utilisateurs peuvent y trouver de l’information sur les statistiques, les lois, les recherches et les chercheurs, les publications et les rapports.

Cadre d’éthique

Les familles et les enfants engagés dans le secteur du bien-être de l’enfance sont parmi les populations les plus vulnérables. Aussi, les considérations et les procédures d’ordre éthique appropriées sont en place pour protéger les droits de ces personnes. Ces considérations incluent le consentement éclairé, l’optimisation des avantages et la minimisation des risques, la sélection équitable des participants, ainsi que la valeur prévue de la recherche. Le processus visant à s’assurer qu’on tient compte de chaque considération varie parmi les SAE; il nécessite que les partenaires de recherche s’assurent de suivre les procédures appropriées avec chaque agence avec lesquelles ils font affaire. Pour obtenir plus de détails sur le cadre d’éthique, reportez-vous au rapport Q-Net 2012 intitulé Ethical Guidelines for Quality Assurance in Child Welfare, à l’Annexe C).

Types de recherche

Les hiérarchies des faits reflètent l’autorité ou la possibilité de généralisation relatives des divers types de concepts de recherche quantitative. Bien qu’il n’existe pas de hiérarchie de faits quantitatifs unique universellement acceptée, on s’entend largement sur la force relative des types de recherche quantitative courants. À mesure qu’on monte vers le haut de la hiérarchie, la capacité de généraliser augmente. Les essais contrôlés aléatoires, par exemple, se classent au-dessus des études observationnelles.

types de recherche

L’optimisation de l’utilité de la recherche nécessite une compréhension des divers types de recherche ainsi que de la façon dont on peut combiner et compléter leurs constatations respectives. Pour obtenir plus de détails sur la méthodologie de recherche, reportez-vous à l’Annexe D.

Conclusion

Deux objectifs globaux sont visés pour chaque enfant qui a été signalé à un service de bien-être de l’enfance mandaté : (1) prévenir la récurrence des mauvais traitements; (2) prévenir ou soigner les séquelles négatives des mauvais traitements à l’égard des enfants. Ce document vise à offrir au secteur du bien-être de l’enfance de l’Ontario un outil qu’il peut utiliser lorsqu’il mène des recherches à l’appui de ces interventions.

Références

Belsky, J.(1980). An ecological integration. American Psychologist, 35(4), 320-335.

Belsky (1993). Etiology of child maltreatment. A developmental-ecological analysis. Psychological Bulletin, 114(3), 413-434.

Bronfenbrenner, U. (1986). Ecology of the family as a context for human development: Research perspectives. Developmental Psychology, 22(6), 723-742.

Child and Family Services Act, R.S.O. 1990, c. C.11 (CFSA).

Fallon, B., Trocmé, N., MacLaurin, B., Sinha, V., Black, T., Felstiner, C., et al. (2012). Ontario Incidence Study of Reported Child Abuse and Neglect 2008: Major Findings. Canadian Child Welfare Research Portal.

Fallon, B. (2005). Factors driving case dispositions in child welfare services: Challenging conventional wisdom about the importance of organizations and workers. Thesis submitted in conformity with the requirements for the degree of Doctor of Philosophy, Faculty of Social Work, University of Toronto.

Garbarino, J. (1982). Children and families in the social environment. Hawthorne, NY: Aldine.

On encourage les chercheurs à aligner leur recherche sur les cinq priorités provinciales actuelles dans le domaine du bien-être de l’enfance :

Autochtones

  • Délégation des services du bien-être de l’enfance autochtone aux communautés et agences autochtones
  • Besoin de modèles de financement appropriés qui tiennent compte des coûts qu’entraîne le fait de travailler dans les régions éloignées et de servir leurs populations
  • Reconnaissance du fait que les dossiers de bien-être de l’enfance autochtone sont plus « lourds » :
    • Ressources et efforts requis pour répondre aux besoins des clients, tout en se conformant aux exigences légales
    • Besoin et financement de modèles qui sont culturellement adaptés et efficaces, notamment les soins conformes aux traditions et des approches uniques d’intervention en cas de crise
  • Renforcement de la capacité des agences autochtones et investissement dans les infrastructures communautaires

Financement et modèle de financement

  • Façons de gérer les volumes grandissants de cas du bien-être de l’enfance (demande de services croissante) avec le temps

Jeunes

  • Hausse de l’âge de protection de l’enfance à 18 ans
  • Permission accordée aux jeunes de rester dans leur foyer d’accueil plus longtemps pour leur permettre d’obtenir du soutien continu
  • Hausse de l’âge d’admissibilité à du soutien financier et du soutien continu de 21 ans à 24 ans
  • Appui aux mentors connus des jeunes pris en charge

Protection précoce : assurer la sécurité des enfants et soutenir les familles

  • Prestation de services de protection de l’enfance dès que le risque de mauvais traitements ou de négligence est connu afin d’aider les familles à gérer les problèmes avant qu’ils s’enracinent et que des sévices surviennent
  • Services de prévention de la prise en charge
  • Assurance que les SAE sont appuyées dans la prévention de circonstances qui mènent à des risques élevés pour les enfants

Permanence et adoption

  • Disponibilité de ressources permettant aux familles d’adopter des enfants ayant des besoins exceptionnels
  • Accessibilité à des services de soutien après l’adoption

Ensemble de données S’occuper des enfants en Ontario (SOCENOn)
Enfants pris en charge depuis au moins un an en Ontario
Chercheur principal : Dr Robert Flynn, Université d’Ottawa, AOSAE

  • Données de sondage
  • Longitudinale
  • 10 ans
  • Taille de l’échantillon = environ 7 000 en 2012

Ontario Incidence Study (OIS)
Cas de familles faisant l’objet d’une enquête en Ontario
Chercheuse principale : Dre Barbara Fallon, Université de Toronto

  • Données de sondage
  • Transversale
  • Taille de l’échantillon = 7 471 en 2008

Étude canadienne sur l’incidence des signalements de cas de violence et de négligence envers les enfants 2008
Cas de familles faisant l’objet d’une enquête au Canada
Chercheur principal : Dr Nico Trocme, Université McGill

  • Données de sondage
  • Transversale
  • Taille de l’échantillon = 15 980 en 2008

Ontario Child Abuse and Neglect Data System (OCANDS)
Base de données longitudinale spécifique aux enfants, propre aux événements, qui a la capacité de suivre les enfants et les familles à partir du premier signalement jusqu’à ce qu’ils cessent de recevoir des services, pour les pupilles de la Couronne et les jeunes bénéficiant du Programme de soins et de soutien continus pour les jeunes.
Chercheuse principale : Dre Barbara Fallon, Université de Toronto

  • Données administratives

MAP
Adolescents de Toronto recevant des services du bien-être de l’enfance
Chercheuse principale : Dre Christine Wekerle, Université McMaster

  • Données de sondage d’autoévaluations
  • Longitudinale
  • Taille de l’échantillon = 218

Données de recensement du Canada
Information sur la démographie et la population de l’ensemble du Canada
Statistique Canada

  • Données de sondage
  • Longitudinale
  • Taille de l’échantillon = 33 476 688 en 2011

Il est probable que les agences entreprennent diverses formes de recherche, en fonction de l’enjeu abordé. Voici un sommaire des méthodologies.

Caractéristiques de la recherche fondamentale et de la recherche appliquée

Recherche fondamentale Recherche appliquée
Choix du problème déterminé par : Chercheur individuel Employeur ou commanditaire
Chercheur intrinsèquement motivé par : Curiosité intellectuelle et satisfaction de faire progresser les connaissances Engagement à favoriser le mieux-être du public
L’objectif est : Compréhension théorique généralisée Réduction rentable de problèmes sociaux
La rigueur de la méthode est fondée sur : Normes disciplinaires des bourses Usages auxquels on pourrait appliquer les résultats
Préoccupé par : Validité interne Validité externe
Le milieu de recherche tend à être : Laboratoire Environnement du monde réel
Diffusion des connaissances par : Publication dans les revues spécialisées d’apprentissage ou techniques Communication avec des décideurs non scientifiques
Source : Adapté de Fishman et Neigher (1982) et Freeman et Rossi (1984), tel que cité dans Singleton, R. A & Straits, B.C. (2010). Approaches to Social Research (5th ed.) New York: Oxford University Press.

Recherche quantitative

Les données quantitatives sont plus généralisables à une grande population. Lorsque les données permettent de généraliser à une plus grande population, nous sommes en mesure d’attribuer plus assurément les constatations comme étant des affaires du monde réel.

On peut recourir à diverses conceptions ou stratégies de recherche quantitative. Ce qui distingue les diverses méthodologies est la mesure dans laquelle les résultats peuvent être généralisés à une plus grande population. La possibilité de généraliser est accrue par la randomisation en double aveugle des participants en groupe, l’inclusion d’un groupe de contrôle, une taille d’échantillon suffisante, des outils normalisés et une signification statistique.

Recherche qualitative

La recherche qualitative est utile pour aider à interpréter des constatations quantitatives et permettre de mieux comprendre la façon dont les participants voient un programme, ou ce qui est à l’étude. La recherche qualitative est aussi utile lorsque les chercheurs n’ont pas de théorie ou d’hypothèse existante et que l’information contextuelle peut être utilisée pour ériger de nouvelles théories. De façon générale, l’objectif de ce type de recherche est de rechercher des thèmes et des modèles exclusifs à l’ensemble des participants à l’étude.

Les chercheurs qualitatifs posent des questions plus larges et recueillent des données texte des participants. Les données qualitatives sont plus détaillées et « riches »; elles comportent souvent des discussions verbales détaillées. Cependant, ces données exigent beaucoup de temps et sont moins généralisables à une plus grande population. En conséquence, les prétentions de connaissances qui découlent des méthodologies qualitatives sont généralement restreintes aux participants à la recherche. Contrairement aux études qui recourent aux méthodologies quantitatives, les méthodes qualitatives décrivent plus spécifiquement les expériences uniques des personnes.

Méthodes combinées

Afin de bénéficier des avantages de la recherche quantitative et qualitative, des chercheurs combinent ces deux méthodologies. Appelée approche de méthodes combinées, celle-ci utilise les données qualitatives pour donner une signification aux nombres quantitatifs. Par exemple, un sondage sur la satisfaction des clients peut être complété par des groupes de discussion. Cela permet aux chercheurs de mieux comprendre la signification d’une réponse numérique. Étant donné que nous recueillons des données dans divers formats (p. ex. des nombres et des mots), si les résultats convergent, nous sommes plus sûrs que les résultats sont valides.

Méthodologie de recherche Principaux avantages Principaux inconvénients Capacité de généraliser
Méta-analyse Résume les constatations d’études multiples et arrive à une vue d’ensemble si un problème est évalué ou remis en cause. Entraîne une taille d’effet du concept en cause.

Contrôle pour des variations entre les études.

Peut examiner l’influence d’autres variables de modération.

Un petit échantillon d’études peut entraîner des constatations non significatives.

Ne contrôle pas les études déficientes qui sont incluses dans la méta-analyse.

A+
Reproduction multisite L’expérience ou l’intervention est répétée à plusieurs sites. Peut trianguler les résultats parmi plusieurs études qui peuvent utiliser différentes méthodologies.

Offre une fiabilité que n’offrirait pas une étude à site unique.

N’offre pas une estimation de l’ampleur de l’effet. A
Études de contrôle aléatoires (p. ex. essais cliniques avec un groupe de contrôle) Compare les résultats de deux groupes, qui sont choisis au hasard et affectés au groupe expérimental (ou d’intervention), ou au groupe de contrôle (sans traitement). Abordent les inquiétudes associées au biais d’échantillonnage.

Considérées comme étant les formes les plus fiables pour des preuves scientifiques.

Sont coûteuses et exigeantes en temps.

Pourraient ne pas tenir compte des effets contextuels uniques.

Peuvent rendre difficile l’étude d’événements rares.

Inquiétudes éthiques possibles

A-
Quasi-expériences (p. ex. études à grande échelle, études expérimentales utilisant des groupes pratiques) Comparent les résultats de deux groupes, comme les enfants ou les jeunes en traitement, et le groupe de contrôle. Cependant, les participants ne sont pas affectés au hasard à leurs groupes respectifs. Peuvent être plus sensibles aux effets contextuels.

Pour des raisons éthiques, l’affectation au hasard peut être impossible (p. ex. affecter des enfants à des services et retenir les services pour d’autres).

Peuvent rendre certaines études plus faisables.

Peuvent manquer de rigueur associée à un environnement contrôlé dans lequel les données sont recueillies (p. ex. ne peuvent pas éliminer les effets de confusion de troisièmes variables, bien que cela puisse être réglé statistiquement). B
Expériences à cas unique Un sujet est étudié au cours du temps. Les conceptions sont sensibles aux différences individuelles (p. ex. la personne agit comme son propre contrôle).

Très souples

Sensibles au contexte de la personne

Les effets de la phase précédente sont transmis à la phase suivante.

La séquence de l’intervention peut influencer les résultats.

Difficile de généraliser les résultats à la population.

B-
Études descriptives La conception de la recherche est utilisée pour rechercher des relations entre les variables. Fournissent certaines réflexions sur la façon dont les variables sont liées. Ne décrivent pas la relation causale.

Ne tiennent pas compte des facteurs de confusion.

B-

Cliquez sur le lien ci-dessous pour consulter le document intitulé Ethical Guidelines for Quality Assurance in Child Welfare, préparé par Q-Net : Ontario Child Welfare Quality Network.

Ethical Guidelines for Quality Assurance in Child Welfare

On encourage les chercheurs à communiquer avec le Comité consultatif d’évaluation des recherches de l’AOSAE dans l’un ou l’autre des scénarios suivants :

  • Vous souhaitez obtenir de l’aide de professionnels et de chercheurs du bien-être de l’enfance afin de raffiner votre recherche initiale en vue de l’aligner sur les questions les plus urgentes dans la pratique du bien-être de l’enfance.
  • Vous avez élaboré des idées de recherche sous forme de proposition (examinée par un conseil d’éthique en recherche qui est conforme aux directives publiées du document intitulé « Énoncé de politique des trois Conseils : Éthique de la recherche avec des êtres humains », si vous êtes dans une université) et avez besoin de l’approbation du domaine du bien-être de l’enfance ainsi que de l’accès aux SAE de l’Ontario.
  • Vous souhaitez obtenir de la représentation des SAE au sein d’un comité consultatif pour un projet de recherche.

Coordonnées du contact :

Parm Bhatthal
pbhatthal@oacas.org or 416-987-8055

Des conversations au sujet d’idées de recherche à un stade précoce peuvent être utile pour focaliser davantage sur les questions de recherche et s’assurer que les études répondent aux questions les plus urgentes dans la pratique du bien-être de l’enfance. Le Comité consultatif d’évaluation des recherches peut suggérer des questions de recherche possibles aux chercheurs grâce à ses connaissances des données relatives aux principaux indicateurs de rendement provinciaux, d’autres ensembles de données ainsi que des réalités et défis actuels dans la pratique du bien-être de l’enfance.

Les chercheurs doivent soumettre leur proposition de recherche, leur lettre d’approbation déontologique (le cas échéant), ainsi qu’un énoncé expliquant la façon dont les constatations seront rendues et diffusées au secteur du bien-être de l’enfance et la charge de travail prévue pour les agences du bien-être de l’enfance. Le comité étudiera les propositions et informera les chercheurs du statut de leur proposition dans les 8 semaines suivant la soumission.

Liste de vérification d’une soumission :

  • Proposition de recherche
  • Lettre d’approbation de trois conseils d’éthique (le cas échéant)
  • Énoncé de diffusion